Page en cours de chargement

Transp'Art en Ce

Recherche



Archives Association

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
Articles Archivés

blog.gifArticles

Tous les articles

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 5 pages suivantesSuivantFin

Affaire Kokopelli - par WebMaster

Communiqué de Blanche MAGARINOS-REY, avocate de l’Association Kokopelli, du 19 janvier 2012 :

L’avocat général chargé du dossier Kokopelli devant la Cour de Justice de l’Union Européenne a donné aujourd’hui lecture publique de ses conclusions. Nous avons la joie d’annoncer qu’elles  nous donnent entièrement raison !  En effet, le magistrat conclut à l’invalidité de l’interdiction de commercialiser des semences d’une variété non inscrite au catalogue officiel, et ce aux motifs que cette interdiction, portée par la législation Européenne aussi bien que par la réglementation Française, viole le principe de proportionnalité, la liberté d’entreprise, la libre circulation des marchandises, ainsi que le principe de non discrimination. La quasi-totalité de nos arguments ont été retenus!

De plus, l’avocat général n’a pas manqué d’affirmer, au contraire de ce qui était avancé par nos nombreux adversaires (Commission Européenne, Conseil de l’U-nion Européenne, République Française, Royaume d’Espagne et société Graines Baumaux), que, d’une part, les règles relatives à l’admission des semences au Catalogue Officiel n’ont « aucun rapport avec la santé des plantes », d’autre part, que « il appartient aux agriculteurs de décider des variétés qu’ils cultivent », enfin que cette législation limite excessivement le choix des consommateurs qui n’ont « ni accès aux denrées alimentaires ou autres produits issus de variétés qui ne satisfont pas aux critères d’admission, ni la possibilité de cultiver eux-mêmes ces variétés, par exemple dans leur propre jardin ».

De même, l’avocat général rappelle à juste titre que « le fait que les agriculteurs soient cantonnés à des variétés admises réduit enfin la diversité génétique dans les champs Européens ». Il en conclut logiquement que «les inconvénients de l’interdiction de commercialiser des semences de variétés non admises l’emportent manifestement sur ses avantages. »

Nous sommes extrêmement satisfaits de ces conclusions et nous avons maintenant l’immense espoir que la Cour suive l’avis de son avocat général et vienne enfin mettre un terme au totalitarisme pluri-décennal de la législation sur le commerce des semences.

Pour plus d’informations, voir sur le site de la Cour de Justice de l'Union Européenne  : clic ICI  (conclusions de l'avocat général disponibles dans plusieurs langues)

Publié le 08/09/2012 - 01h08  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Changement de programme jeudi 19... - par WebMaster

DESOLES : la rencontre prévue avec Maxime Jourdan est annulée
pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs...
Espérons que le rendez-vous sera reporté...    

au cinéma Le Varlin, à Grande-Synthe (59

rencontre-débat de l'Atelier, Université Populaire sur le thème:
1871-2011, Héritage de la commune de Paris
avec Maxime Jourdan, historien
 Entrée gratuite

Pendant 72 jours en 1871, le Peuple de Paris a pris la rue et les armes pour proposer, diffuser et mettre en œuvre un grand nombre d’innovations sociales et politiques révolutionnaires : moratoire des loyers, réquisition des logements vides, démocratie directe, élu-e-s révocables, éducation et culture pour tou-te-s, mesures féministes, pleins droits pour les étranger-e-s, qui constituent encore aujourd’hui une source d’inspiration pour répondre à nos indignations...

Publié le 08/09/2012 - 01h07  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Pour le droit à produire sans OGM ! - par WebMaster

Le vendredi 6 janvier 2012, les Faucheurs Volontaires ont participé, au côté des apiculteurs, à l’occupation symbolique d’un site de sélection de semences de maïs appartenant à Monsanto sur la commune de Monbéqui (82), pour dire leur colère et leur inquiétude devant le risque de reprise des culture de maïs génétiquement modifié (Mon810) à la suite de la suspension du moratoire qui en interdisait la culture.

Après le jugement du 6 septembre 2011 de la Cour de Justice de l'Union Européenne, les pollens et les miels contenant du pollen de maïs MON 810 sont interdits à la consommation humaine. Si les cultures reprennent, les apiculteurs français n’auront alors plus le droit de vendre les produits de leurs ruches. (comme c’est déjà le cas pour les miels espagnols, roumains, argentins, chinois,  …!)

Les promesses d’interdiction du Président de la République et des ministres concernés ne sont pas plus de nature à nous rassurer que le rendez-vous pour le 13 janvier (demain !) obtenu au cours de cette occupation : au cours des trois RV précédents, les mêmes interlocuteurs semblaient redécouvrir la faisabilité de la solution qu’on leur propose : la loi de 2008 garantit « le droit de cultiver avec ou sans OGM », avec respect des productions préexistantes.

Le gouvernement peut donc prendre sans délai un arrêté d’interdiction de culture, de cession et de circulation des semences OGM pour respecter le droit des apiculteurs (arrêté qui peut difficilement être invalidé, contrairement à un éventuel nouveau moratoire).

Mais la délégation (Confédération Paysanne, UNAF, Faucheurs Volontaires) ne sera vraiment entendue que si elle peut s’appuyer sur un large mouvement d’opinion : signez la cyber-action ci-dessous, pour laquelle il y a plus de 9300 signatures en deux jours... Mais il en faudrait un maximum encore (et si possible avant le vendredi 13 janvier à midi... Mais la pétition sera ouverte encore plusieurs mois...)

Pour le droit à cultiver sans OGM :

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/droit-cultiver-sans-ogm-409.html
(nota il n'est pas nécessaire de se créer un compte pour signer la pétition...)

Voici un argumentaire écrit par un apiculteur de Riols (34) :

Quelle est la finalité des OGM ?   Les OGM ont été parés de toutes les qualités entre autres vecteur de réduction des pesticides, ou solution à la faim dans le monde. Au bout de quinze ans d'expérience ils montrent leurs limites : l'augmentation de rendement annoncée n'est pas au rendez vous, le recours aux pesticides a augmenté, et la faim dans le monde on n'en parle plus ! Le développement des cultures OGM se fait au détriment de l'environnement (contamination génétique et pesticides), mais aussi avec des conséquences sanitaires et sociales...

Environnement :  L'apparition d'adventices résistantes conduit à utiliser trois herbicides ou plus sur la même parcelle, les semences OGM sont le plus souvent enrobées de néonicotinoïdes et de fongicide. La chrysomèle est devenue résistante au maïs Bt, et le coton OGM est attaqué par de nombreux parasites. Le colza transgénique s'étend rapidement le long des routes de l'Arkansas, dans des zones où il n'est pas cultivé... Alors que la France et l'Europe mettent en place des plans de réduction d'usage des pesticides, les cultures OGM s'opposent à ce processus, pourtant jugé absolument indispensable.

Sanitaire :  L'industrie n' a fourni aucune étude sérieuse sur les effets sur la santé humaine. Une étude chinoise récente montre clairement que les miARN de plantes résistent largement à la cuisson et à la digestion et sont capables de passer dans le sang des mammifères, entrer dans certaines cellules (dont celles du foie) et interférer avec le fonctionnement génétique des dites cellules. Ainsi, dans les expériences menées par Zhang et coll., manger du riz OGM entraîne la réduction de la production d’une protéine jouant un rôle crucial dans l’épuration du cholestérol sanguin.

Social :   La culture d'OGM, par les contaminations qu'elle provoque, rend quasiment impossible les autres modes de culture. Le cultivateur d'OGM ne peut plus produire ses propres semences, il doit les acheter tous les ans, c'est la fin des semences paysannes, et la disparition programmée de millions de paysans pauvres, ne pouvant pas payer les semences et les pesticides qui vont avec. Loin d'en être une solution, les OGM vont augmenter la faim dans le monde*.

Pourquoi donc cultiver des OGM ? A travers un marquage indélébile des plantes, avec un artéfact génétique qu'elle a breveté, l'industrie réclame ses royalties et défend ses droits de propriété, dans le but de mettre la main sur la production mondiale de semences et d'alimentation...."   Pour lire la suite,   clic sur ce lien :  ICI

OGMJenVeuxPas.gif

Publié le 08/09/2012 - 01h07  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Tous au Larzac! - par WebMaster

Rendez-Vous du Doc

TOUS_AU_LARZAC.jpg

au Studio 43 de Dunkerque

jeudi 8 décembre 2011 à 20h30

autour de TOUS AU LARZAC  de Christian Rouaud.

Rencontre autour du film-documentaire Tous au Larzac, qui retrace les 10 ans de lutte contre l'extension du camp militaire, à travers les interviews de différents militants de l'époque. Christian Rouaud, le réalisateur, sera présent et répondra aux questions des spectateurs à l'issue de la séance.

Tous au Larzac est vraiment l'un de nos coups de coeur ; Christian Rouaud y fait un formidable travail de collecte de la mémoire des luttes sociales, comme il l'avait déjà fait dans son précédent film, Les LIP, l'imagination au pouvoir. Ce documentaire, très vivant, donne l'impression de revivre, étape après étape, l'aventure du Larzac en compagnie des principaux protagonistes.


Réservations recommandées au 03 28 66 47 89 ou contact@studio43.fr

Publié le 08/09/2012 - 01h02  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Non à la LOV.... - par WebMaster

Pour notre droit à la souveraineté alimentaire, ni interdiction, ni royalties sur les semences de ferme !

La coopération pour les terres destinées à l’alimentation humaine en France et avec les autres pays nécessite des outils tels que

  • La NEF , Société coopérative de finances solidaires
  • Terre de Liens « Pour agir concrètement en permettant l’installation de paysans et le développement d’une agriculture biologique »
  • et des associations telles que « Semons la biodiversité » et Aspro-PNPP pour protéger la biodiversité...

Une campagne nationale est engagée pour que la France inscrive ses droits des agriculteurs dans sa loi en respect de ses engagements internationaux...
Malgré une forte contestation paysanne qui a conduit à un premier report du débat parlementaire sur la proposition de loi de taxation des semences de ferme, le gouvernement a décidé mercredi dernier d’organiser à la sauvette son vote dès ce lundi prochain 28 novembre à 18h. 

" En interpellant les députés, le collectif « Semons la biodiversité »  a constaté que la plupart d’entre eux seront absents. L’Assemblée Nationale ne se réunit en effet pratiquement jamais le lundi et leur agenda ne peut pas être modifié quand ils sont prévenus à la dernière minute. Le collectif « semons la biodiversité » juge inadmissible cette manière d’expédier un sujet très sensible et très controversé. Le gouvernement s’assoit sur la procédure démocratique pour imposer un texte très favorable aux industriels de la semence, qui bafoue  un droit ancestral des paysans, entame leur autonomie et représente une entrave à la biodiversité cultivée.
Le collectif conteste un texte  qui préfigure un vrai bouleversement pour l’ensemble des agriculteurs et une remise en cause de  la souveraineté alimentaire. Avec des paysans ligotés, une procédure expédiée et une démocratie piétinée quel message le gouvernement adresse-t-il au citoyen ?
Cette proposition de loi digne de l’Ancien Régime a fait lever un vent de fronde dans les territoires ruraux. Et il risque fort d’emporter lors des législatives  de 2012 bon nombre de députés qui la voteraient. Le collectif  « Semons la biodiversité » est bien déterminé à les mettre sous surveillance démocratique et à faire largement connaître le vote de chacun d’eux... "   

Contacts sur le site : http://www.semonslabiodiversite.com/?p=685

Mobilisation citoyenne à Paris, lundi 28 novembre 2011: exigeons le retrait de la proposition de loi sur les obtentions végétales !
Rendez-vous devant l'Assemblée Nationale, à 16h30 (Place E.Herriot)

Infos et pétition sur http://www.alimentons2012.fr/index.php/actualites

Publié le 08/09/2012 - 01h01  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 5 pages suivantesSuivantFin
Rubriques


^ Haut ^
^ Haut ^